fond fond
Préface Pot-Pourri Pékin Œufs de Pâques Calembourg Battre la breloque Marotte Olibrius Monter sur ses grands chevaux Le Roi de Prusse Mettre au violon Ours mal léché Nœud gordien Mettre au rancard Mouchards Pays de Cocagne Morgue École buissionnière Malotru Conter fleurettes Vocabulaire de Voltaire Galimatias Faire ripaille Cordon bleu Fourches caudines Rang d'oignon Poisson d'avril Coup de Jarnac Mailles ŕ partir Cul de sac Faire grève Aller au diable Auvert Retour

Petites Ignorances de la Conversation

Poisson d'avril.

L'origine de l'attrape, du piège innocent connu sous ce nom, est assez souvent attribuée à l'histoire suivante : François, duc de Lorraine, que Louis XIII retenait prisonnier au château de Nancy, parvint à se sauver, le 1er avril, en traversant la rivière à la nage ; — ce qui fit dire aux Lorrains que c'était un poisson qu'on leur avait donné à garder.1

Il faut beaucoup de bonne volonté pour admettre cette origine. Ce duc de Lorraine, prisonnier de Louis XIII, n'est guère connu dans l'histoire : le roi d'Yvetot, sous ce rapport, lui rendrait des points. On n'a jamais parlé de sa singulière évasion que pour expliquer le poisson d'avril, et il est difficile de croire que la facétie fût devenue populaire dans presque toute l'Europe, si elle n'avait eu d'autre cause que cette fuite à travers la Meurthe.

Ceux qui ont ainsi pensé ont été demander des raisons à une source beaucoup plus généralement connue. Ils ont prétendu que les plaisanteries du 1er avril étaient une allusion aux démarches que l'on fit faire à Jésus-Christ, au commencement d'avril, en le renvoyant d'Anne à Caïphe, de Caïphe à Pilate, de Pilate à Hérode, et d'Hérode à Pilate.

On a complété cette explication en ajoutant que le mot poisson, dont on ne voit pas encore la signification, était une corruption du mot Passion.

Ainsi le poisson d'avril serait une parodie de la Passion de Jésus-Christ. Si cette origine est la vraie, ce que rien ne nous autorise à garantir, nous ne comprenons pas comment les sottes plaisanteries du 1er avril ont pu s'établir parmi les chrétiens.

Reste donc, comme seule raisonnable et décente, l'explication donnée par M. Quitard. — Quand Charles VI voulut, en 1564, faire commencer l'année au 1er avril, cette modification fut assez mal accueillie ; on continua, par habitude, à donner et à recevoir les étrennes au 1er janvier; mais au nouveau jour fixé pour le nouvel an, on se donnait de fausses étrennes, des étrennes d'attrape ; « et comme au mois d'avril le soleil vient de quitter le signe zodiacal des poissons, on donna à ces simulacres le nom de poisson d'avril. »


1. Suivant quelques-uns, le duc de Lorraine n'aurait pas fait naître le poisson d'avril, il en aurait profité. Il se serait échappé déguisé en paysan à la faveur de cette plaisanterie. Une personne aurait prévenu le factionnaire, le factionnaire l'officier, l'officier le gouverneur, mais la crainte du poisson d'avril aurait fait hésiter chacun, et le prince aurait eu le temps d'échapper aux recherches.