fond fond
Préface Pot-Pourri Pékin Œufs de Pâques Calembourg Battre la breloque Marotte Olibrius Monter sur ses grands chevaux Le Roi de Prusse Mettre au violon Ours mal léché Nœud gordien Mettre au rancard Mouchards Pays de Cocagne Morgue École buissionnière Malotru Conter fleurettes Vocabulaire de Voltaire Galimatias Faire ripaille Cordon bleu Fourches caudines Rang d'oignon Poisson d'avril Coup de Jarnac Mailles ŕ partir Cul de sac Faire grève Aller au diable Auvert Retour

Petites Ignorances de la Conversation

La Morgue

Il y avait autrefois à l'entrée des prisons une salle où l'on retenait les prisonniers pendant quelques jours pour les laisser voir aux gardiens. On voulait par là familiariser ces derniers avec le visage des nouveaux venus, et les mettre à même de déjouer, au besoin, toute tentative d'évasion.

Plus tard, on exposa dans cette même salle les cadavres retirés de la rivière ou trouvés ailleurs, et l'on admit le public à venir les reconnaître par un guichet pratiqué à la porte. Jusqu'en 1804, cette exposition des cadavres eut lieu dans la basse geôle dépendant de la prison du Grand-Châtelet.

Elle fut transférée à cette époque sur le quai du Marché-Neuf, dans un petit bâtiment spécial qui disparaîtra bientôt sans doute, car la Cité est en voie de transformation.

Cet endroit, où les guichetiers examinaient les nouveaux écroués, et où l'on exposait les corps des personnes trouvées mortes hors de leur domicile, reçut le nom de Morgue. A ceux qui pourraient se demander pourquoi, Vaugelas répond : parce que morgue est un vieux mot français qui se disait pour visage.

Mais on a dit aussi que morgue servait à désigner autrefois un regard fixe, scrutateur, et la vérité sans doute est là, car on explique assez bien de cette manière le sens figuré du mot : suffisance mêlée d'orgueil, expression méprisante et hautaine