Les S.I.R.D.S.

 

Single Image Random Dot Stereogram, couramment appelé "Stéréogrammes".

Un stéréogramme est une image "2D en relief" que l'on regarde en laissant flotter les yeux, en regardant à l'infini.
En fixant l'image et en essayant de faire diverger ou converger les yeux sur un point qui n'est pas sur le plan de l'image. On voit alors l'image en 3D. Il existe en fait différentes appellations correspondant à différents types d'images:

Autostéréogrammmes : Nom originel et synonymes de SIRDS.
RDS : Random Dot Stereogram.
SIRDS : Single Image Random Dot Stereogram.
SIRTS : Single Image Random TEXT Stereogram (appelé également "ASCII stereograms").
Stereogram : Apellation générique, simplifiée pour SIRDS et SIRTS.

Pour réaliser cet exemple d'autostéréogramme, deux images sont nécessaires :

L'une est celle qui donnera le relief. Elle est en 256 nuances de gris.
Exemple, cette locomotive :

L'autre est un motif, coloré ou non, qui sera répété par programme afin de couvrir l'image de base.

Cette opération ne peut se faire que par l'outil informatique. En effet, pour une image simple 2 bits (noir & blanc) en 800x600, il y a 200 000 couples de points à gérer, c'est à dire à positionner les uns par rapport aux autres en fonction du résultat que l'on veut obtenir. Ce travail pourrait se chiffrer en mois ou en années si un humain se lançait dans une telle réalisation à la main, il suffit de 3 secondes environ à un PC quelconque pour y parvenir.

Le résultat est... Ceci !

Et vous ne voyez rien, bien sûr ;-)

Car il faut apprendre à les regarder.

COMMENT LES VOIR :

Il y a deux façons de mettre au point en dehors de l'image : Soit devant, soit derrière. Je dis "l'image", car il est possible de voir les SIRDS sur écran mais également sur papier, en imprimant l'image.

Ci-dessus, la vision est appelée "divergente". Ce qui signifie, en fait, que la convergence est inférieure à l'optimum. La mise au point est au delà de l'image. Il existe également la vision "convergente". Celle-ci nécessite de loucher de façon à faire la mise au point devant l'image.

Une des techniques consiste à se rapprocher tout près de l'écran, le nez à quelques centimètres de l'image et à regarder au loin, au-delà de l'écran, sans chercher à focaliser.

A ce stade, votre vision est donc floue, ne cherchez pas à voir quelque chose. Au bout de quelques secondes, éloignez vous petit à petit de votre écran par étapes de 10 cm et toujours sans chercher à focaliser.

Quand la distance atteindra 50 cm, ne bougez plus et attendez que l'image apparaisse.

Le fond d'écran semble alors très net et lumineux. Une fois votre vue et votre cerveau éduqués à voir ce premier auto-stéréogramme, les suivants apparaîtront de plus en plus vite et sans effort.

La plupart des gens trouvent difficilement la vision en relief dès la première fois. Car la tendance naturelle est de mettre au point notre vision sur ce que nous regardons.

Or, ici, la mise au point doit se faire AU DELÀ de l'écran. Pour cela, certains programme insèrent dans l'image deux repères qui servent à la mise au point. Si vous approchez vos yeux de l'écran jusqu'à voir TROIS repères, puis vous vous écartez doucement de l'écran, c'est gagné.

La vision 3D apparaît. Essayez donc avec cette image : (cliquez pour agrandir)

Avez-vous vu le verre ? Sinon, essayez encore.

Vous avez sans doute également remarqué que l'image est, d'une part, en noir et blanc, d'autre part sans motif coloré. Il s'agit de stéréogramme ancien, généré par un programme DOS. Ici, seul le relief du verre est nécessaire. Aucun motif supplémentaire n'est requis.

Il est même possible de créer des autostéréogrammes ANIMÉS. En voici un merveilleux exemple. Cliquez ici

Le procédé de décalage des points d'images est également visible avec du texte.

On les appelle SIRTS, avec un T pour "text". Des programmes (voir ce chapitre) permettent de générer ces "images". Voir ici un exemple.

Mais, beaucoup plus simple, Hello World ! Pas mal, non ? Ouvrez votre traitement de texte préféré et tentez de faire la même chose. C'est facile et surprenant. (Une police à chasse fixe facilitera la vision).

EXPLICATIONS

 

Une image en RELIEF est une image créée dans votre cerveau. Dans la vie de tous les jours, nous percevons les volumes, la distance relative entre les objets. Tout celà grâce à nos deux yeux.


Premier stade, la STÉRÉOSCOPIE.

Depuis le début de la photographie, les chercheurs ont essayé de rendre visible le relief dû à notre vision binoculaire.
Pour cela furent créés des appareils de ce type appellés Stéréographes. Le principe est d'avoir une photo de ce que voit chaque œil. Les axes optiques des deux objectifs n'étaient pas parallèles mais légèrement convergents. Pour voir l'image en relief, il fallait un appareil, également binoculaire, appelé Stéréoscope :

Il est cependant possible, mais difficile :-( de voir ces images SANS l'aide d'un stéréoscope. Voir le site de Bernard Bertrand.


Deuxième stade : Les ANAGLYPHES

Ici, le principe est différent : Les photos en "relief" sont restituées en anaglyphes (superposition des vues droites et gauches en rouge et cyan) Pour en profiter, ceci nécessite des lunettes spéciales à filtres rouge et cyan.


Cliquez sur l'image pour accéder au site d'origine.


Troisième stade, les AUTOSTÉRÉOGRAMMES.

Ici, une seule image suffit pour "Voir" le relief.
Les yeux ont une tendance naturelle à converger vers l'objet de notre regard pour réaliser la vision en relief :

 

                                

Mais si nous forçons notre vue afin de faire la mise au point en deçà ou au delà de l'image proposée, la vision est floue.
A moins que, par programme, on puisse réaliser une image différente dont la vision nette est en dehors du plan.

 

                                 

Je n'ai pas retrouvé l'adresse du site d'où sont issues ces figures, très explicites :-{

C'est l'objet des AUTOSTÉRÉOGRAMMES ; "Auto" car il n'est nul besoin de matériel supplémentaire.

Le principe de cette vision 3D fut découvert en 1960 par le Docteur Bela Julesz.
Elle fût perfectionnée par Christopher Tyler qui a présenté son premier auto-stéréogramme en 1979. Il représentait un échiquier.



JE N'ARRIVE TOUJOURS PAS A LES VOIR, EST-CE GRAVE DOCTEUR ?
Extrait du site de Jean-Marc Desval (site disparu !)

 

HYPOTHESE 1 = PEUT-ETRE :

Voir un stéréogramme signifie que l'on possède deux yeux qui regardent ensemble et que cette vision binoculaire est entraînée depuis la naissance à reconnaître les formes en relief. Le fait de ne pas arriver à les voir peut donc signifier que la différence entre deux images perçues par les deux yeux est trop importante pour permette au cerveau de construire une image en relief.

Voici les différentes hypothèses :

    1. Il manque un il ou un il ne voit pas (monophtalmie)
    2. Il existe un défaut de vision très différent entre les deux yeux (anisométropie)
    3. Les deux yeux ne voient pas suffisamment de près (presbytie)
    4. Un il est plus haut que l'autre (hyperphorie)
    5. Les deux yeux correspondent mal entre eux (strabisme)
HYPOTHESE 2 = PEUT-ETRE PAS :

Dans la grande majorité des cas, les gens qui n'arrivent pas à voir les images magiques :

    1. Manquent de patience.
    2. N'ont pas compris le principe de regarder d'une autre façon, converger sur un point, accommoder sur un autre
    3. N'ont aucun contrôle sur leurs mouvements oculaires (en convergence ou divergence) et fonctionnent uniquement en mode "réflexe", c.a.d n'arrivent en aucun cas à détacher leur fixation d'un plan qui se trouve devant leurs yeux.
    4. Les trois raisons précédentes en même temps (extrêmement rare).