Sources



Tout d'abord, à tous ceux qui m'ont permis de progresser, de façon volontaire ou involontaire,
à tous les généreux généanautes rencontrés depuis 15 ans, à tous,
UN GRAND MERCI.

Au début, c'est-à-dire à la fin du siècle dernier, j'ai hérité de mon père d'un embryon de généalogie, sur papier, concernant la famille NOTTEGHEM. Lui-même l'ayant reçu de Marcel Notteghem, son oncle. Du côté maternel, la lettre d'un cousin Delinotte m'incitait à prolonger ses recherches.

À cette époque, lors de la genèse d'Internet, la seule façon de progresser était d'aller dans les archives départementales et de compulser les microfiches réalisées en grande partie par les Mormons pour des raisons de baptême. Ce travail, bien sûr, ne pouvait se faire que sous la contrainte de déplacements rares et coûteux. Mais, on avançait ...

Vint ensuite le début des échanges de « listes-éclair », puis Généanet et le partage des informations par la mise en ligne des données de chacun. Et là, les possibilités explosent, mais la rigueur des sources disparait hélas. On fait confiance ! Comment aller vérifier un acte dans les archives départementales partout en France ou en Belgique ?

Pendant ce temps, le nombre d'ancêtres recensés progresse. Aujourd'hui, les « alertes » envoyées chaque semaine par Généanet permettent de savoir qui a mis en ligne des individus sensés être des ancêtres communs. À charge de vérifier, si possible, l'exactitude de ces informations. Tant d'erreurs, dues à des recopies de recopies, sont détectées chaque semaine ! Le nombre d'enfants ayant des parents nés bien après eux, est impressionnant ! Avec Généanet, c'est plus de cinquante correspondants qui m'aident à progresser.

Désormais, la généralisation de l'accès aux documents originaux numérisés sur les sites départementaux permettent, parfois, de lever les ambiguités. Sous réserve de savoir lire le texte de certains curés dont les qualités premières ne sont pas la calligraphie.

Cependant, mes données ne seront pas ce qu'elles sont sans l'aimable concours de nombreux correspondants que je ne pourrais tous citer sans risquer d'en omettre. Parmi les plus anciens apporteurs, il me faut citer :

  • Gérard CARTON de Flers-en-Escrebieux - Famille MARQUETTE
  • Marie France BAUMERS - Famille LAMBERT (Belgique)
  • Françoise TAQUET - Famille NOTTEGHEM (Belgique)
  • Jean Pierre JACOB - Famille MACHUT
  • Christine CLARISSE-SEVEQUE - Famille CLARISSE
  • Virginie DARRIBERRE - Famille DELINOTTE
  • Addy van DIJKEN - Famille FEBERWEE (Pays-Bas)
  • François CAMUS - Famille BAROCHE
  • Jean-Robert BLOT - Familles DROIN, ROYDOT et MÉNÉTRIER
  • Alain LANGLOIS - Famille MÉNÉTRIER
  • Monique PÉRIN - Famille PERIN
  • Cornélius PERIN - Famille PERIN (Pays-Bas)
  • Sylviane TROGNON-COUCHAT - Familles DROIN, GAUTHERIN et RÉTIF
  • Yveline BRASSELET - Famille MÉNÉTRIER
  • Catherine HERARD - Famille DELINOTTE
  • Jérôme REYNAUD - Familles BONIN, ALACOQUE et MICHEL

  • En 2004, une grosse semaine dans le Charollais permit de relever 1798 photos d'actes autour de la famille NUGUES. Les choses allaient bon train. Pierre NUGUES est à l'origine de l'essentiel de sa branche patronymique.
    En 2008, grâce au travail d'Alain Noël par son ouvrage « Des seigneurs de Tanlay aux truffiers des forêts de Paisson et de Maulnes », j'ai pu adjoindre les familles de COURCELLES, de CHAMIGNY et de TANLAY.
    Depuis, les échanges quasi quotidiens avec les participants à Généanet permettent une progression lente mais régulières.

    Enfin,

  • les données concernant les familles PORCHER et BUDÉ sont issues de mes recherches aux Archives départementales de l'Essonne, château de Chamarandes - Cote 79J75-6 dit « Fonds de Courcel »,
  • une part importante des données des branches nobles est issue des travaux d'Étienne PATTOU, en particulier pour les familles picardes, normandes et champenoises,
  • les bases de Daniel de Rauglaudre et de Pierfit ont également été très utilisées.
  • sans oublier, bien sûr, Pierre de Guibours, le Père Anselme de Sainte-Marie et le dictionnaire de Aubert de La Chesnaye des Bois.

  • Évolution du nombre d'individus 

    evolution

     
     

    Lettre de Didier Bergem à Henriette dite Guéline ou Guélinette


    Chère Guélinette,

    Récemment, et pour poursuivre notre arbre généalogique, nous avons fait une escapade à Auxerre, fief des Delinotte et des Drouin, puis à Troyes fief des Porcherat.

    Coté Delinotte nous sommes remontés jusqu'à Roger Delinotte né en 1701, manouvrier avant épousé Françoise Hallier née en 1707, les parents de cette dernière donc du 17 ème siècle, sont Jean Hallier, cordonnier, vivent à, Gigny et Reine Conchery. Toujours dans cette branche nous traitons des Menestrier, Roydot, Richebourg.
    Ils étaient presque tous laboureurs et vivaient en Bourgogne dans les villes de Crusy et de Baon.

    Coté Porcherat nous trouvons des Drouin, Lombard, Drouhot, Demontineaux, Miguenot, Bidaud, et Gentil.
    Dans tous les actes de cette lignée figurent, bourgeois, dame, demoiselle, sire, noble dame, honnête femme, honorable… Tout cela est très flatteur.
    Nous remontons au plus loin en 1665 avec Antoine Lombard épicier, ayant épousé Marguerite Gentil. Au même niveau, nous avons Claude Maeallet, consul de la ville de Troyes, ayant épousé Marie Landeur. Nous avons un Joseph Porcherat né en 1680 à Troyes qui était consul de la ville, conseiller du Roi. Nous avons également un Jean Baptiste Drouin, né en 1681, fermier de la terre de la Seigneurie du Comté-Pairie de Noyers, demeurant au Château de Montot et ayant été inhumé dans la Grande nef de l'Église St.Pierre-St.Paul d'Annay en 1761 ; nous avons visité tous ces lieux et si le château a provoqué notre admiration, la pierre tombale où figure nettement l'épitaphe de notre ancêtre dans la nef centrale du chœur de l'église St. Pierre-St.Paul, nous a grandement impressionnés.

    Noyers S/Serein a fait également l'objet de notre curiosité, et j'aurais aimé habiter ce bourg lorsque j'étais en courte culotte tant pour son aspect "d'Artagnan" que par son implantation dans un site incitant à la rêverie.
    Nous avons vu également des actes de donations ou de successions, et je peux t'assurer que nous aurions pu être rentier si les générations précédentes n'avaient pas tout dilapidé !

    Voici le résumé de nos démarches au cours desquelles, nous évoquons souvent ton nom, sachant que de telles découvertes auraient le don de te captiver.

    En ce qui concerne les nouvelles plus terre à terre, la famille se porte bien. Servane est pour l'instant en vacances au Canada, et nous héritons souvent de notre petit fils resté au pays. Gaëtane est en tête de classe. Mais les résultats très exceptionnels de tests récemment effectués au collège, démontrent qu'elle pourrait mieux faire.

    Je souhaite que ces quelques lignes te distraient, et confie à Jeanine le soin de taper la lettre pour t'en faciliter la lecture.