Onomastique

Définition :

Adj. Qui est relatif aux noms propres, à leur étude; qui contient des noms propres. Études onomastiques; table, index onomastique.
Subst. fém., LING. Discipline ayant pour objet l'étude des noms propres et comprenant diverses branches telles que l'anthroponymie, l'hydronymie et la toponymie.

Source : Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales 

 

 

NOTTEGHEM

Depuis toujours, deux hypothèses sur l’origine de notre nom traînent dans la famille. L’une prétend que « notteghem » se compose de « notte » et « ghem ».

« Notte » ayant ses racines dans le radical nuss en allemand, nut en anglais, et surtout, noot en flamand, c'est-à-dire en français, la noix.

Quand à Ghem, de toute évidence, est à rapprocher du Heim allemand, du home anglais, du heim alsacien ou encore, plus logiquement, au ghem français et flamand donnant l’idée de domicile, de maison de hameau ou de village. Telles les villes Ham dans la Somme et Hem dans le Nord. Notre nom signifierait donc « les gens du village des noyers (ou noisetiers) ».
Cette carte de la Flandre française montre bien l’importance de cette terminaison dans le Nord.

Soit, en flamand, « Nooteghem ». Mais, ce n'est qu'une hypothèse que rien n'étaye vraiment ... Alors ...

L’autre hypothèse, elle, affirme nos origines anglo-saxonnes en faisant un lien rapide et acoustique entre Notteghem et la ville anglaise de Nottingham au cœur de la forêt de Sherwood.
Et pourquoi pas ?

En effet, dans les Annales de l'Académie d'archéologie de Belgique. [Série 8°] (Anvers 1848-1926) on trouve en pages 17 à 19 un intéressant rapprochement linguistique à propos de la laine anglaise.
Il est question de la laine de Nottingham dite, en flamand noteghem wulle :

Page 17
wulle2
Page 19, note de bas de page
wulle1

Quelle est donc l'origine du nom de Nottingham ? 
Après le départ des romains vers l'an 400, le site de l'actuelle Nottingham fait partie du royaume anglo-saxon de Mercie. Il est alors connu comme « Tigguo Cobauc », ce qui signifie « habitation troglodytique ». Autour de 600 après J.-C., ce site est dominé par un chef saxon dénommé Snot, ce qui explique le toponyme d’alors « Snotta inga ham » puis Snotingaham, littéralement, la « demeure du peuple de Snot ». On trouve le mot saxon « inga » qui signifie les Gens et « ham » autre mot saxon pour dire village, maison, foyer, comme vu plus haut.
Mais, quel lien entre Nottingham et Notteghem ? Rien ne semble probant. Et pourtant …

En me promenant dans les rayons poussiéreux de la bibliothèque de Google, je suis tombé sur un article de « La Revue Belge(1) » de 1856 et, plus particulièrement sur un article intitulé « Souvenirs Historico-linguistique du voyage d’un Flamand en Grande Bretagne ». L’auteur, le chanoine De Haerne, membre de la chambre des représentants fait un parallèle entre les toponymes belges et anglo-saxons. Entre autres choses, il rapproche la ville de Nosseghem, (proche de l'aéroport de Zaventem) avec Nottingham, d’étymologie sans doute identique. Or, avant de s’appeler Nosseghem, cette commune du Brabant proche de Bruxelles s’appelait Notteghem ! Voici l'extrait :

Alors ? Qu’en déduire ?
Il serait tentant d’admettre que, compte tenu de la proximité territoriale de l’Angleterre et de ce qui sera bien plus tard la Belgique, des gens venus du village de Snot (toponyme snotingham) s’installèrent dans le Brabant au XIème ou XIIèmesiècle, instituant le village de Notteghem, existant actuellement sous le nom de Nosseghem. En effet, dans son « Dictionnaire étymologique », Marie-Thérèse Morlet écrit : « en 1110, la ville de Nosseghem est appelée Nothengem puis, en 1154 prend la forme de Notengem, pour devenir ensuite Nosseghem ».
Nos ancêtres seraient donc saxons avant d’être flamands, puis au gré des siècles devinrent wallons et enfin, hainuyers. Cette origine singulière accrédite le fait que tous les Notteghem sont de la même origine, pour ne pas dire parents.

Disons que cette hypothèse me semble des plus probables.

Par ailleurs, il est amusant de noter que le premier château (en bois) de Nottingham a été construit en 1067, sur ordre de Guillaume le Conquérant, notre ancêtre.

Guillaume

À propos des noms de famille, rappelons que c'est au Xème siècle que le processus de leur création s'amorce. Face aux problèmes engendrés par un trop grand nombre d'homonymes, le nom individuel, le prénom est peu à peu accompagné par un surnom* qualifiant un trait physique (Lelong, Lenain, Blondin, etc.) l’origine géographique (Lespagnol, Dumont, Delmotte, Duval) ou encore, une activité (Lefebvre, Meunier, Boulanger). Ce phénomène se rencontre d'abord parmi les familles nobles, qui prennent le nom de leur fief ; puis il s'élargit à l'ensemble de la population à partir du XIIème siècle.

* Il est intéressant de noter que dans la langue anglaise, le nom de famille se dit encore « surname ».

Avec l'usage, ce surnom tend à devenir héréditaire et ce n’est qu'en 1474 que Louis XI interdit d’en changer sans autorisation royale(2). Par la suite, Henri II, voulut confirmer cet édit par son ordonnance d’Amboise du mois du 26 mars 1555(3), par laquelle « défenses sont faites à toutes personnes de changer leurs noms et armes sans avoir nos lettres de dispense et permission, sur peine d'être pugnis comme faulsaires et d'être exauthorez de tout degré et privilége de noblesse. »

Dans l'état actuel des recherches en Belgique, on trouve des Notteghem principalement dans les communes du Hainaut comme Arc-Ainières, Cordes, Anvaing, Dergneau, Ellignies, Ellezelles, Velaines, Buissenal, Wattripont, Wodecq, et autres villages du Hainaut belge. Au sein de cette povince, les communes citées constituent une entité homogène particulière. Il s'agit du Pays des Collines qui émerge, aux confins de la Flandre et du Hainaut Occidental, avec des collines qui peuvent atteindre, voire dépasser, 150 mètres de hauteur.

Notre branche remonte en 1645 avec Michel Notteghem, vivant à Anvaing. D'autres branches existent au XVIIème siècles à Flobecq et Ellignies, distants d’Anvaing de trois ou quatre lieues. Soit un aller et retour à cheval dans la journée. Hélas, mes recherches (ni celles des descendants d'autres branches) n’ont pas – encore – permis d’établir une relation qui, sans aucun doute, existe. Qui saura le trouver ?

Voir cette ancienne carte du Hainaut

Avant 1877 (obligation du Livret de Famille) l'orthographe des noms est complètement phonétique et dépend des accents locaux. Selon les différents actes, les orthographes identifiées de nos jours sont :

  • NOTEGEM
  • NOTTEGHEM (Principal)
  • NOTEGHEM
  • NOTHEGEM
  • NOTIGHEM
  • NOTEGUEM
  • NOTTINGHEM
  • NOTTIGHEM
  • NOTTIGUEM
  • NOTEGUEMME
  • VAN NOTTEGHEM
  • VAN NOTEGHEM

Il est à remarquer que l'orthographe actuelle est la plus ancienne, comme celle du XIème siècle. Certains portent un accent (Nottéghem). Sans doute à la suite de l'erreur d'un employé de l'état civil qui a francisé le nom en 1843, lors de la première naissance en France. À cheval sur la frontière Franco-Belge, le Hainaut, comté de l'empire germanique fut rattaché à la Flandre en 1055, puis à la Bourgogne en 1428, à la France en 1659, au Pay-Bas en 1814 et enfin, à la Belgique en 1830. Voir sous ce lien l'évolution des frontières.

En France, on estime actuellement à 155 le nombre de personnes portant le nom de Notteghem. Il se classe au 59 837ème rang des noms les plus portés en France.

N'oubliez cependant pas que my name is "not a game" ! But a joke ;-)

 

1. Revue belge et étrangère, Volume 2 Couverture J.-B. Mortier, 1856 
2. S. CAMET Les métamorphoses du moi, Harmattan, 2007, p. 12
3. ISAMBERT, DECRUSY, TAILLANDIER Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l'an 420 jusqu'à la révolution de 1789 :
     1686-1715 - Ed. Belin-le-Prieur, Paris - 1830 p. 333

 

 

 

NUGUES

Les premiers porteurs des noms étaient vraisemblablement originaires de lieux-dits NUGUET ou NUGUIER, dans le sens de champs ou hameaux caractérisés par des noyers. De l'ancien français n(o)ugues, issu du latin "nux".

".../... Pour les chastegneraies et les nugueraies, c'est à dire les lieux plantés universellement de chasteniers et de nuguiers .../..."

En Saône-&-Loire, un lieu-dit « Les Nuguiers » existe sur la commune de La-Chapelle-de-Guinchey.

Les NUGUES en FRANCE sont classés au 3468ème rang avec 1339 naissances sur le siècle dernier.
Les NUGUE   en FRANCE sont classés au 4341ème rang avec 466 naissances sur le siècle dernier.